pliées
la petite vieille
et sa chaise
 
retour du froid -
contre ma peau
ses seins de glace
 
 
sur quel sutra
pointe-t-il le doigt
le jeune moine
 
théâtre d'ombre -
levées leurs inhibitions
enfantines
 
 
plus le même champ -
les coquelicots
dépassés par des fleurs bleues
 
poète alité -
le monde réduit
à un carré de fenêtre
 
des fleurs ? pas la peine !
ici, hormis le chien,
nul ne les arrose
 

Sieste -
des voix d'enfants
parlent de cascade

*

rue du bout du monde -
un dominicain en habit
avec une valise verte

*

"oeil ouvert
et coeur battant"
heureux d'avoir acheté ce livre

*

les quatre êtres de bien :
bambou, lotus, orchidée
et chrysanthème

*

depuis cet entretien
avec le moine
un grand ciel bleu

*

Saint Guilhem le désert -
du monde jusqu'au bout
du monde

*

Saint Guilhem
ma fille toute habillée
parmi les truites

 

 

printemps -
des chants
à perte d'ouie
Difficile d'exprimer en haikus l'intensité de l'entretien avec le moine Gojo.
Le dialogue portait sur l'approche non-duelle. Je remercie Jean-Claude César de m'y avoir invité...Dire juste que cette approche fondée sur l'expérience de la conscience comme source de perception n'est pas éloignée de notre pratique de haijin...

mes chaussettes
moins blanches
que la tunique du moine

*

des auditeurs
je devine les pensées -
- c'est lui le moine ???

*

sur ses coussins
à peine posé - sans violence
il s'impose

*

déjà
quelque chose de paisible
s'installe

*

pas de koans
mais des réponses
déconcertantes

*

des n'est ce pas
comme des portes
entre les phrases

*

son regard doux
et ses petits rires
coquins

*

ce chemin
qui n'en est pas un
bordé de fleurs rares
de petits yeux brillent
quand d'autres ont des larmes -
neige de bourre
demi-sommeil -
le chant du rossignol
trop lointain
un étrange insecte
sur le carrelage rouge
des toilettes
premières voix
de belle saison
dans le jardin d'en face
·  bière sans alcool
homme sans ivresse
pleurant quand même
nu sur la plage -
une ancienne élève
le reconnaît
 
iris arrachés -
dans la cour d'école
chercher le coupable
  • ·  claquements de doigts -
    le garçon de café
    regarde ailleurs
mi-soleil mi-ombre
je déguste une friture
de jols
 
aube de mai -
dans la gamelle du chien
la pie pioche
 
rien à faire
yeux ouverts ou fermés
puisque ça tourne
vertiges -
à pas lent, les marches
de l'escalier tournant
 
je gravis les marches
de l’escalier tournant
comme ma tête
 

usées, mal payées

les filles du crazy horse

défilent vêtues