SL382780

 

Lectures
 
 
L’ami Jean-Claude, haijin et jardinier, m’accompagne dire quelques haikus dans la chapelle romane de Montbazin, petit village viticole de l’hérault. Déguisés en victimes du tsunami et des radiations nous attaquons gravement la soirée.
 
haikus lus –
sous la protection des saints
de la fresque
 
 
 
S’il n’y a qu’une douzaine de personnes dans la salle, elles ont le mérite de savoir ce que le mot poésie veut dire. Le verbe prend comme la mayonnaise. J’ose à peine imaginer une salle comble emportée par la magie des haikus.
 
Montbazin -
Madame le Maire
aime les poèmes
 
 Quand la soirée s’achève, que cartes et recueils sont vendus, les organisateurs
du festival nous proposent de nous restaurer. Nous sommes invités à partager tartines, vin du cru et poésie orientale dans une grande maison. Cela dans une atmosphère humaine des plus chaleureuses.
 
vin et  poésie
se mélangent bien–
tarte chaude
 
ils chantent Darwich
« à ma mère »
chair de poule et yeux humides
 
 C’est à Marrakech, que par divin hasard,un français et un marocain poursuivront le céleste échange autour de quelques poètes.
 
 
ils se donnent rendez vous
où la poésie
est toujours vivante
 
 
Quand nous gagnerons nos demeures respectives, nos âmes seront un peu comme ravies,
touchées par ce mélange de nourritures. Et certaines du fait que la poésie est indispensable.


Phil