La remise du prix de poésie jeunesse a lieu dans la salle du conseil de la mairie, aux alentours des 16 heures. Une soixantaine de personnes y assiste. Pendant les discours officiels et les lectures particulières, un beau silence règne. L'émotion m'empêche de bien dire le poème que j'ai destiné à la femme du poète. Je serais plus à l'aise avec le second texte adressé à tous les habitants de Ballon.

C'est la première fois qu'autant d'individus se bousculent à l'heure des dédicaces. J'en éprouve même une sorte de gène comme si le poète ne pouvait prétendre aux honneurs. Emotions, lectures et compliments me remplissent de joie tout en me prodiguant beaucoup de fatigue. Le public quitte la salle petit à petit. Je dispose d'une bonne heure avant l'apéro et regagne comme un voleur la chambre basse où je sacrifierai à un petit somme.

 

...à suivre...