La LUNE ET LE CYPRES FEVRIER 2008

 

*

l'enfant veut savoir
de quoi le jour sera fait
quand il se couche

*

mésange affamée
sous les gouttes froides
queue ébouriffée

*

rhume des foins
plus rien de ses succulents
parfums de cuisine

voiture garée
il gagne les champs
sur un monocycle

 

nuit de tempête
sommeil hâché

par les bourrasques

 

 

 

peu de temps après
restituer la bière
presque intacte

 

iris mauves
au bord du fossé
où le chien chie

 


crique
par la vague
le chien surpris


-aimes tu la mer ?
-J'ai du sable dans les chaussures
répond-elle



pique-nique
il tire tout ce qu'il peut
du jambon

*

le planeur
fend l'air
en musique

*

bleu du ciel
ce qu'il reste du nuage
s'évapore

*

près du rocher
retrouver le sac
couleur terre

*

du chateau
la porte seule
intacte

*
moutons de nuages
chien noir et chien blanc
insouciants

*

un gros coup de langue -
ça existe dit-elle
un chien comme ça ?

*

sieste ensoleillée
 le ciel bleu
entre les paupières

 

 

Dans le ciel
une tortue de mer
grandeur nuage

 


Saint Valentin
sur son sms il écrit
5 valant 1

 

 

 

14 février
du magasin Pakistanais
je pousse la porte

 

fleur de gel
fatale caresse
de l'essuie-glace

 

après la nuit
> avant la pluie
> le chant des mésanges
>
> *
>
> sur un roc
> face au lac
> loin des niards
>
> *
>
> jusqu'au soir
> la rivière charrie
> des éclats de lumière
>
> *
>
> le chien court
> après le baton
> la biche détalle
>
> *
>
> crépuscule d'hiver
> sous les chataigners
> on cherche l'aieule
>
> *
>
> en écho aux pics
> le bourdonnement
> d'une tronçonneuse
>
> *
>
> El cami d'Olt
> décallées les cloches
> des trois villages
>
> *
>
> pause au belvédère
> sur le lac immobile
> des billes de bois
>
> *

chemin forestier
le chien flaire l'étron
d'un renard

*

ferme Aveyronnaise
le chat déborde
de sa corbeille

*

giboulées -
la vieille
toujours aussi sèche

*

après les mésanges
à l'amas de graines
le pic pique aussi

*

plus d'étang
plus de grenouilles
que du bruit

*

campanules bleues
trois jours sans soleil
elles capitulent

*

volets roulants
des toîts qui la retenaient
la lune s'échappe

*

au chant du pinson
paupières toujours fermées
je sais qu'il fait beau

fillette
dans la main une fleur
plus grande qu'elle

 

jardin d'hiver

pluie et lumière
sur le chien noir


printemps proche
au jardin ressuscite

sa jeep de pompier

 

déménagement-
pour nous donner du courage
des croissants pur beurre

*

déménagement
les souris s'en vont
avec le camion

*

déménagement -
le carton "spiritualité"
plus lourd que les autres

*

déménagement-
deux cartons de chemises
pour un seul homme

*

déménagement -
j'emporte en cadeau
tous ses cure-dents

*

déménagement -
les chats "sia" et "moa"
au prochain voyage

*

déménagement
la vieille propriétaire
un peu triste

*

déménagement -
au diable
tout ce qui pèse

*


taverne
pour lire, la lumière
suffit à peine

*

on parle
de garantie décès
à la table voisine

*

café gourmand
deux femmes parlent
de choses de femmes

*

lu dans la taverne:
"jaillissement et débordement
de gratitude"

 Phil