31 août 2008

haibuns

Aux premières minutes de l'aube, je pars avec mon chien sous les châtaigners. El camin d'Olt, littéralement chemin du Lot, domine le val de Truyère, puissant affluent du fleuve déjà nommé. A cette heure, j'ai peu de chance d'y rencontrer quelqu'un. Je laisse donc courir le chien devant moi, sans craindre que l'obscurité de son pelage et la blancheur de ses crocs, n'effraie le premier Vttiste venu. Nulle rosée sous mes sandales; le retour des grosses chaleurs a chassé toutes traces d'humidité. J'approche lentement du rocher... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 21:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 août 2008

suite aveyronnaise

aire d'autoroute - un bébé aspire un coca light * nuit Aveyronnaise plus puissant que la cloche le chant des grillons * monte un fin nuage de brume vers les nuages * cet été personne ne l'a foulé le vieux chemin * vieux tilleul un lierre vert franc épuise ses branches * le chant du coq - de son lit d'eau la brume se lève Pour celui-ci (le précédent) je me demande si la métaphore n'est pas génante et si l'ensemble ne sonne pas trop "poétique" vous me... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 18:06 - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 août 2008

quelqu'un me dit

quelqu'un me dit qu'il faut avoir de l'humourpour vivre Phil
Posté par Philippe Quinta à 19:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 août 2008

si la mort

Si la mort reste toujours un scandale, comment nommer celle, brutale, d'un jeune homme de 19 ans. Une rupture d'anévrisme et hop, à la trappe. La nouvelle me parvient par téléphone. Le fils d'une collègue de travail !!! à une poignée de jours de la rentrée... Je donne évidemment mon accord pour l'achat d'une grande et dérisoire couronne mortuaire. N'osant imaginer l'immense douleur de la famille, je me réfugie entre les pages de mon carnet. Tout en sachant que le haiku n'aura jamais de réponse à donner à un tel gâchis. ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 août 2008

crépuscule d'été (une suite)

crépuscule d'été - à mes oreilles pendu un chant sacré * crépuscule d'été - d'où vient- il ce parfum de cigarette * crépuscule d'été - je commande "jours d'hiver" en DVD * la piscine personne pour s'y baigner - crépuscule d'été * crépuscule d'été - dans la maison voisine quelqu'un se douche * crépuscule d'été - au bout des bambous la brise est légère Phil
Posté par Philippe Quinta à 20:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]
24 août 2008

de retour

De retour d'une dizaine de jours de vacances au pied du Fujiyama Catalan, le canigou. Une petite moisson de haikus familiaux, jardiniers ou de promenade... pour une place dans la queue deux touristes se bouffent le nez * dans sa petite bouée l'enfant découvre l'infini * Canigou sans neige - la grâce du bananier dans le vent léger * frelon abattu au pyrêtre bio * un cousin sur le carrelage blanc agonise * sauf le coucou dans la grande maison tout le monde dort * jupes... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 22:48 - Commentaires [5] - Permalien [#]

13 août 2008

d'en haut ou d'en bas

à explorer le bas le chat d'en haut renonce Phil
Posté par Philippe Quinta à 22:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2008

sauter

pour sauter d'arbre en arbre l'écureuil attend la nuit Phil
Posté par Philippe Quinta à 22:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2008

curiosité d'internet

affichant son profil complet je ne vois rien Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 août 2008

suite d'un soir d'été

soir d'été - seules les oreilles du chien bougent soir d'été - pas la moindre brise dans les oliviers soir d'été - si laide une fois fanée la fleur d'hibiscus soir d'été dans la maison voisine on parle fort à table - j'explique aux enfants l'effet papillon soir d'été - à même le pédiluve le chien boit Phil
Posté par Philippe Quinta à 20:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]