Si la mort reste toujours un scandale, comment nommer celle, brutale, d'un jeune homme de 19 ans. Une rupture d'anévrisme et hop, à la trappe. La nouvelle me parvient par téléphone. Le fils d'une collègue de travail !!! à une poignée de jours de la rentrée...
Je donne évidemment mon accord pour l'achat d'une grande et dérisoire couronne mortuaire.
N'osant imaginer l'immense douleur de la famille, je me réfugie entre les pages de mon carnet. Tout en sachant que le haiku n'aura jamais de réponse à donner à un tel gâchis.

l'école
le village et la vigne
en deuil

elle me dit :
on n'arrête aucun prix
pour la couronne

vendanges noires -
le vigneron vient de perdre
son fils

un papillon sombre -
je pense à la douleur
de sa mère

dans le combiné
la mort du jeune homme
me fait jurer

Phil...