De retour d'une dizaine de jours de vacances au pied du Fujiyama Catalan, le
canigou.
Une petite moisson de haikus familiaux, jardiniers ou de promenade...

pour une place dans la queue
deux touristes
se bouffent le nez

*

dans sa petite bouée
l'enfant
découvre l'infini

*

Canigou sans neige -
la grâce du bananier
dans le vent léger

*

frelon abattu
au pyrêtre bio

*

un cousin
sur le carrelage blanc
agonise

*

sauf le coucou
dans la grande maison
tout le monde dort

*

jupes relevées
les pieds dans l'eau fraîche
les trois fillettes

*

broyeur éteint -
à nouveau le chant paisible
du ruisseau

*

à l'eau de piscine
un lézard vert
étanche sa soif

*

le bruit des pneus
sur les graviers -
premier invité

*

après les mouches
aux fourmis
de se mettre à table

*

bassine dans l'herbe -
fillettes et grand-mère
font la vaisselle

*

avant l'orage –
premières feuilles mortes
sur l'eau

*

précédant l'orage
les feux clignotants
de l'hélicoptère

*

le vol nerveux
du papillon
avant l'orage

*

avant l'orage
l'éclair jaune
d'un Loriot

*

soleil matinal –
un peu d'eau de pluie
au fond du hamac

*

bain matinal -
autour de chaque fillette
un rond de lumière

*

dans la glace
mon profil a un peu honte
de moi

*

papillon et papillonne
indifférents
au buddléia

*

sans bananes
le bananier
heureux quand même

*

baie vitrée -
enfants d'un côté
de l'autre un lapin

*

vent du soir –
dans ma chemise de soie
j'ai un peu froid

*

crépuscule d'été –
de l'amoureuse d'antan
j'apprends le décés

*

dans les braises rouges
le bouchon de rouge
gonfle et se tord

*

voeu des trois fillettes
garder leur grand-mère
jusqu'à mille ans

Phil