Pour ceux qui n'en ont pas assez de m'entendre parler de mon âge, encore quelques senryus sur le sujet. Ensuite, jusqu'à mes soixante au moins, je devrais me taire ou parler d'autre chose.

cinquante ans -
pris un peu de distance
avec les livres

*

17 novembre -
j'entre dans la cinquantaine
en chemise de bûcheron

*

membres meurtris -
du déclin, ma chute
est le premier signe

Je reviens de la ville où anniversaire aidant, je me suis offert deux magnifiques livres. La distance prise avec eux, vous l'aviez deviné, n'est pas philosophique, mais bien réelle; je suis obligé d'éloigner l'objet du regard, sinon je vois flou.
Pour une fois, les livres en question s'écartent un peu du haiku, pour rapidement nous en rapprocher, voire même le justifier.
Je ne vais pas vous faire languir: Le premier s'appelle " le promeneur secret" de Michel Jourdan, et l'autre au titre un peu aguicheur, "Unité avec toute vie" du célèbre Eckhart Tolle. Deux ouvrages qui honorent l'instant présent et me donnent des clefs de patience et d'amour et bien sûr de sagesse.

"la poésie n'est pas un art d'écrire
mais un art de la perception " dit le premier

Alors, dit le second,c'est notre Présence même qui devient notre identité au lieu que ce soit les pensées et les émotions.

(à suivre...)