Comme je le pressentais, les mentions de ce journal s'espacent de plus en plus. Je ne m'en plains pas ! Cela prouve en effet que les démons s'éloignent. L'énergie revient au galop et l'esprit, autrefois alourdi par les excès d'alcool, préfère le silence aux paroles vaines voire agressives.
Il arrive quand même que je m'irrite. Irritation que je plonge aussitôt dans un bain d'eau pour la faire fondre. Incroyable le nombre de verres que je descends en une seule journée. Je n'aurais maintenant plus de scrupules à écrire, le soir, avec une bouteille et un verre à portée de main.


en plastique
mes nouveaux cadavres
de bouteille


Phil