21 décembre 2009

et encore

un tercet de Luc Bordes...glané sur son blog...faudrait peut-être que je leur demande à tous leur autorisation...mais alors ils n'auront pas la surprise... J'y réfléchis ! rencontrant le ciel au sommet de la tige l’escargot hardi Luc Bordes C'est un classique, me dis je, un japonais ! ET puis je découvre son auteur... Dans le célèbre film Microcosmos, c'est une plante grimpante qui fait la même expérience, qui lance sa sommité dans le ciel. L'escargot, si humble (du sens humus) si lent, si ventre à terre,... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2009

d'un autre ami

Voici d'un autre ami (ce n'est pour cela que je l'ai choisi) froid soudain - elle lit et relit un livre de confituresJean-Claude CésarComme Jean-Claude le dirait d'un autre haiku: voilà, rien de plus simple que ça ! Et pourtant, il en faut des années pour parvenir à cette simplicité là. J'aime ici ce soudain qui nous fait attendre de l'extra-ordinaire...et c'est une promesse de confiture qui vient. Au passage une audace dans les répétitions ( li, (re)lit et li(vre) on imagineun lit pas loin et l'on en aurait quatre ! et malgré... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 décembre 2009

Dans la catégorie haikus aimés

Dans la catégorie haikus aimés, celui-ci de l'ami Gilles ondée parisienne-     course avec elle     jusqu'au café ParadisGilles BruletPetite merveille... une saisie de l'instant, un élan (poétique) vers l'absolu...L'image est nette, à la fois fixe et en mouvement...réminiscence de la célèbre chanson de Brassens, un p'tit coin...sauf qu'ici le paradis a un toit plus large...j'aime les allitérations discrètes (Paris et Paradis) .C'est une trouvaille qui reste en mémoire. Bravo GillesCeux qui voudraient commenter... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 décembre 2009

divers

ah, si j'étais musicienme dis-je en écrivantun haiku*dans ses yeux je voisqu'elle m'aime -soir de décembre*le morceau de Jazzs'appelle novembre -soir de décembre*mon chien courtdès qu'il a le champ libreaprès rien*pour moi ce dimanchej'ignore pourquoin'en était pas un*soir de décembre -ses semelles restent collées au poêle*après avoir vu le "Saint Jacques la mecque" de Coline Serreausa mère morteil danseface à l'océanPhil
Posté par Philippe Quinta à 21:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2009

nuit d'hiver

nuit d'hiver la route sépare deux étangs sombresPhil
Posté par Philippe Quinta à 06:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2009

gel

bord de route mes doigts gelés face au soleil*givre dans les champs le soleil monte rouge *clan d'étourneaux aucun ne chante comme l'autre*entre ligne électrique et kakis mûrs le va et vient des étourneaux *les a-coups du stylo à bille - matin de gel PhilPhil
Posté par Philippe Quinta à 21:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 décembre 2009

froidure

les yeux vers le ciel ~à défaut de neigedes éclats de braise * premiers froids -au bégonia en fleursj'offre un toit * c'est en allant chercher des bûchesque je découvre le grand froiddevant ma porte Phil
Posté par Philippe Quinta à 22:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2009

ce peu de bruit

Les maîtres japonais du haïku,qui saisissent au passage une lumière dans l'impermanence et qui donnent au plus frêle le plus de prix et de pouvoir, ne sont pas des mystiques;on ne songerait pas à dire d'eux qu'ils "brûlent", ni même qu'ils gravissent des cimes.Ils me rappellent plutôt ces domestiques...qui en nettoyant l'argenterie ou les verres de leurs maitres, y voient soudain se refléter l'éclat pur d'un jardin.Philippe Jacottet (ce peu de bruit )
Posté par Philippe Quinta à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2009

dimanche d'avent

dimanche d'Avent ~sur les oliviers, la neigetarde à tomberPhil
Posté par Philippe Quinta à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2009

marché de Noël

grippe Ale Père-Noëln'embrasse plus*menudans la calèchele père-Noël*en bonnets rougesla chorale des enfantscourant d'air froid*marché de Noëlmalgré les yukulelele vent reste froid*marchand péruvienà chaque bijouson histoire*au fond de l'alléele marchand de bièrestourne le dos au soleil*fin de marchéle Père-Noëlest méconnaissablePhil
Posté par Philippe Quinta à 21:44 - Commentaires [3] - Permalien [#]