16 septembre 2010

deux du 16

rue Thérèseil élève du vin dans son garage * copeaux de musiquechez le luthier * Phil
Posté par Philippe Quinta à 22:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2010

15 septembre (fin)

un mois encore avant de t'embraser(ma) cheminée Pensez-vous que je puisse faire sauter le possessif ? Il accentuait selon moi l'ambiguité amoureuse du verbe embraser.. et aussi faisait référence au célèbre moi et ma cheminée de Melville... Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]
15 septembre 2010

de Santoka

" je vis au jour le jour difficilement. Je passe un jour ou l'autre sans manger. Peut-être encore demain, et ce sera comme ça jusqu'à ma mort. Cependant, je crée des poèmes tous les jours et tous les jours. Même si je n'ai pu manger ni boire, je ne manque jamais d'écrire des poèmes. C'est à dire, même si j'ai faim, je peux composer des poèmes. Comme l'eau coule, l'esprit de création flotte et déborde. Pour moi, vivre c'est composer des poèmes. Faire un poème c'est également la vie." Le journal de pratique de la... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 20:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 septembre 2010

15 septembre (suite)

le soir tombe -l'enfant imite le chantde la tourterelle * poissons grillés -le vin sans alcoolmoins bon qu'un vinaigre - Phil
Posté par Philippe Quinta à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2010

Saez

Ici, un texte de Damien Saez, tiré de son dernier disque "j'accuse" dont l'affiche jugée scandaleuse fut retirée. Ce disque comme les autres est une merveille. Plus rock que les trois qui précèdent, et plus engagé. Damien Saez est une torche vivante. Je ne sais comment fait ce jeune homme pour vivre tout en se consumant. Aux agneaux égorgés au loin Au chant des coqs dans le lointain A l'orée des grands champs de blés L'humanité, les poings liés Scotché à la lisière du bois Petit poucet cherche pourquoi Ses parents... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2010

du 15 septembre

en s'envolantla mouche perd son ombre * jardin d'automne -j'ai laissé fleurirles mauvaises herbes * la nuit passéecomme un mauvais voyage -café corsé * gardienne du toitla chatte dortentre deux tuiles * sur la glace en rosema fille patine * les gros lolosde la femme au parfumde noix de coco * ah !le mystérieuxcorps de la femme * haïkusans frontière * petit enfant triste -dans la boite loupegit un jeune gecko Phil septembre
Posté par Philippe Quinta à 13:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 septembre 2010

il est sorti

Rien à voir avec le haiku ! Le dernier disque de l'ami Philippe Forcioli est sorti. Télérama c'est sûr lui donnera la meilleure note.Je suis un inconditionnel de ce type qui est un grand, même si encore trop méconnu. Un petit coup de pouce lui ferait du bien. Alors si vous me faites un peu confiance, écoutez ses dernières chansons et si sa sensibilité vous touche commandez lui un disque ! Je vous laisse découvrir : le mystère demeure. à l'adresse suivante (Hélas seulement les paroles) ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 21:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 septembre 2010

reportage haikus

Dans un peu plus d'un mois, je dois couvrir le festival de mangas de Grabels (consacré cette année à la chine) par un reportageen haikus. Je disposerai d'un grand carnet et d'un feutre de calligraphie et au fil du programme je noterai ce qui se révèlera à mes sens. Ensuite, je détacherai les haikus du carnet pour les accrocher à un mur de liège. Si je viens de créer cette catégorie (reportage haikus) c'est pour m'entrainer à cet exercice. Ici la correction est interdite, impossible de revenir sur sa prise. Ici quelques notes sur le... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 septembre 2010

dimanche soir

dimanche soirjuste un repasde soupe et de raisin Phil
Posté par Philippe Quinta à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2010

repas dominical

dans la soupe nagentde longues pâtes de riz -vent de septembre * sous sa peau pâledes chemins bleus * Phil
Posté par Philippe Quinta à 18:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]