07 août 2011

urgence

Un petit détour par le service des urgences de l'Hopital Lapeyronnie à Montpellier entre minuit et trois heures du matin. De quoi  plonger dans le tableau des misères urbaines. "Profond respect" comme dit mon fils pour ceux qui accueillent tous ces naufragés de la nuit. Un certain pathos dans les senryus suivants. Difficile de faire autrement.   à son réveil pieds et mains liées pas la langue   * urgences - les infirmières essuient des plaies et des insultes   * elle veut sortir avant qu'on ne... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2011

mourir

toujours la pensée que je pourrais mourir contre elle   Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2011

petit travers

Le petit travers est le nom d'une célèbre plage de Carnon. Plusieurs paillottes règlementaires s'y sont installées. J'aime, quand les plages bondées offrent une déprimante débauche de corps roussis, y prendre un verre ou un repas pendant que mes enfants, badigeonnés de crème, font trempette. Ainsi, ni sable, ni sel, ni soleil ne me touchent. Et si je me préserve de ces fléaux, je garde l'oeil ouvert aux histoires humaines.   mer d'huile - son souffle à peine perceptible   *   ce bleu presque blanc du ciel sur... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2011

soirée poésie

entre deux lectures le nez du poète à hauteur des figues   *   pas d’oreille le vieux poète pour d’autres voix   *   de temps en temps la fillette pêche un mot dans l’autre langue   * angélus du soir le poète alors s’interrompt   * 4 août déjà les jujubes sous le jujubier   *   jardin du presbytère au pied de la chaire des fleurs d’hibiscus   *   lectures – le vent aussi dit son poème   * cour fleurie - la sirène de l’ambulance nuit au... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 22:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 août 2011

haikus 2007

Haikus 2007        écrits gros    pour lire  il faut comme pour un diaporama jouer de la flèche....   Phil             maison cévenole les pierres du vieil escalier se déchaussent         crépuscule d’été ~ je feuillette les pages d’un vieux carnet         plongeon avant lui son ombre touche l’eau         ah devant la colline boisée étendre son... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2011

20 ans de mariage

Patrick et Marie-Hélène Corcoran décident, après vingt ans de mariage et une généreuse descendance – cinq magnifiques enfants - de renouveler devant Dieu et les hommes leurs vœux d’amour et de fidélité. Une chose rare en ce monde, où se compte, croyants et athés confondus, la cassure plus ou moins rapide d’une union sur deux. Nous sommes un peu plus de cent, familles comprises, invités aux noces. Noces de porcelaine, souligne le prêtre, dont la voix se perd dans les assauts du vent. Cette porcelaine, précieuse et fragile, dont on... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 11:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 juillet 2011

sète

Sète - les moustaches du maitre ont fait des petits   * la belle vue des morts du cimetière marin   *   sète - encore un poète avec un couvre-chef   * heureux de m'être perdu en juillet dans les rues de Sète   * je lui parle "haiku" il me dit de lire "les chatiments"   * Sète - ce poète-là semble-t-il n'a rien à dire   * Mont Saint Clair vue d'en haut la mer force le dialogue   * moins peur de dire maintenant qu'il sait garder le silence   phil ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2011

culinaires

quelques amusements de gourmet   verrines - le melon frappé chante la crevette   * les moules flambées au rhum blanc font un tabac   * de ma femme le punch aux litchies délie les langues   * les mouches ne la termineront pas l'escalivade fromageaire   * bouche de braises le barbecue s'offre une saucisse   phil
Posté par Philippe Quinta à 09:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 juillet 2011

théâtre de la mer

Préliminaire: Amené hier soir ma chère et tendre à l'un des spectacles du festival des voix vives à Sète. Le lieu, dont j'ai déjà parlé ici est magique. Il s'agit du théâtre de la mer. En fond de scène la méditerranée...chanteurs et gens de théâtre lui tournent le dos et quand ils la regardent sont de connivence avec nous...le spectacle d'hier soir, que la pluie aura interrompu, est joué par Fanny Ardant à la voix et lui répondant par une violoncelliste de talent dont j'ai oublié le long nom. La pièce est tirée du livre de Marguerite... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 08:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2011

retour de camps( fin)

vent frais d’été – un autre que moi dans le miroir   *   la nuit dernière son cœur s’est arrêté de se battre   *   sur la petite route à la fin du jour le pic vole vert   *   plusieurs nuits à la place de mon chien j’ai dormi   *   haut pré – la lune est ma confidente   *   casseroles ou couvertures- des perce-oreilles à foison   *   rien à dire sous le pin sylvestre je suis vivant   *   ce matin encore face au soleil qui... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 21:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]