09 octobre 2008

livre

plongé dans un livre -le bois humide de pluies'enflamme soudain Phil
Posté par Philippe Quinta à 07:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 octobre 2008

deux buches

elle et moi -deux bûches se consumentdans la nuit Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:51 - Commentaires [4] - Permalien [#]
05 octobre 2008

divers d'automne

dans le salonun feu de bois crépite seul * l'enfant secoueun pot plein d'eauet de coquillages côniques * la nuit tombe -les voisins cherchent leur griffon gris * bord de mer -une moitié de crocodilemangée par les vagues * mer vide -toutes les mouettesà la décharge Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2008

DIMANCHE matin

Dimanche matin -trois coups de fusilsme sortent d'un rêve Phil
Posté par Philippe Quinta à 12:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2008

marchand

avant de congédier le marchand d'alarmes j'hésite un peu Phil
Posté par Philippe Quinta à 07:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 octobre 2008

femmes

les gros seins de l'une et les petits seins de l'autre - elles en rigolent Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 septembre 2008

soir d'automne - les enfants délaissent l'écran pour le feu Phil
Posté par Philippe Quinta à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2008

Van Gogh

De Van Gogh les mots suivants à propos des artistes japonais: "Leur travail est aussi simple que de respirer et ils font une figure en quelques traits surs avec la même aisance comme si c'était aussi simple que de boutonner son gilet". V.G Réflexion tout à fait adaptable à l'art du haïku. Phil
Posté par Philippe Quinta à 17:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 septembre 2008

la lune et le cyprès

Tombé par hasard sur un tableau de Van Gogh qui pourrait porter le nom de mon blog ou le porte peut-être...
Posté par Philippe Quinta à 13:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 septembre 2008

divers

plus d'eau chaude - contre le cumulus ma femme s'enflamme * à peine cinq ans - amis, ils le jurent "pour toute la vie" * presque au pas sur la route baignée de soleil * crépuscule- il décroche ses cerfs volant du ciel * oiseau du jardin - à l'envol j'ai vu sa queue rouge * Phil
Posté par Philippe Quinta à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]