Arebas

 

 

Un vent fou souffle sur cette deuxième équipée. Aujourd’hui le maître a limité les outils pour inviter les robinsons à d’autres passe-temps que la chasse aux insectes. Certains se frottent aux épines de l’églantier. D’autres remarquent dans les eaux stagnantes du ruisseau des créatures bizarres. Et les arbres demeurent toujours objets d’escalade. Ça et là, un enfant rêve tandis qu’un autre pousse des cris devant les petits sauts d’un criquet. Au grand plaisir de l’enseignant, beaucoup de paroles s’échangent au gré des expériences.

Louison crie à qui veut l’entendre que sa petite boite loupe contient un triton. Un triton trouvé sous une pierre et non dans la flaque croupissante. Maïa sermonne Lilou pour son incapacité à fermer les terrariums de plastique.

 Jusqu’à l’heure du j’aime, j’aime pas, où les enfants assis en rond s’expriment sur leurs découvertes, c’est un tourbillon d’envies, de querelles et de sollicitations.

 

sous les semelles

un peu de boue

et de liberté