25 août 2013

Coq

le coq du voisin encore une poignée de jours je l'étrangle
Posté par Philippe Quinta à 14:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 août 2013

Quelques oldies

soleil couchant - à la petite chapelle je fais mes adieux   * la guêpe tombée dans mon demi de bière la sauverai-je   *   ah, le canigou ! son versant sombre  son versant clair   * deux pies dans le pin - les pignes tombent une à une  
Posté par Philippe Quinta à 11:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 août 2013

village médiéval - sur les pavés la même bruine qu'il y a mille ans
Posté par Philippe Quinta à 21:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2013

chemin de terre  une femme à l'accent russe cueille des mûres
Posté par Philippe Quinta à 14:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 août 2013

le chaton n'a plus ni sœur ni frère ni mère  mais une amie    à la voix si chaleureuse et aux doigts si délicats   
Posté par Philippe Quinta à 22:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 août 2013

quelque soit ĺ´heure  et la saison mon vieux camion part en chantant
Posté par Philippe Quinta à 15:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 août 2013

Bois

  pas de saképas de poèmece soir juste la quiétude de la lune Soseki   _*       vent d'été - mes planches de buis et mes gouges à un plus jeune     *   gavroche s'en va   loin de ses petits frères à moustaches
Posté par Philippe Quinta à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2013

Oldies

hors de l'eau le concombre de mer pisse sur les gosses  *   du blanc sur du blanc ça fait blanc ? demande la fille   *   pluie d'orage rien d'autre que " pluie d'orage" rien d'autre  *   un coup de balai sous l'énorme buffet - fleur de fuschia sèche   *   sous les haïkus de l'étagère murale je m'endors   oldies 2007
Posté par Philippe Quinta à 08:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 août 2013

sur le précieux manuscrit l'humidité triomphante
Posté par Philippe Quinta à 21:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2013

Mardi 20

ma mère partie à présent qui peut les entendre mes lamentations * pas un nuage ne le provoque  le ciel bleu * fin août  je viens à peine de les voir les olives sur l'olivier * pas le temps de le lui montrer le Martin pêcheur * le silence de cet après midi d'août encore criant de cigales * le voisin m'avait pourtant promis de le cuisiner son coq
Posté par Philippe Quinta à 18:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]