Autrefois j'avais une amie ...haïjin de talent et de discrétion...elle poursuit son chemin d'écriture et de silence entre Cévennes et Japon...

j'aime toujours beaucoup ces textes qui se font plus rares avec les années...

 

en voici quelques exemples, j'espère qu'elle ne m'en voudra pas de les reproduire ici et d'indiquer où vous pouvez les trouver

 

il y en a pour des jours entiers de lecture...mais un seul de ses haïkus vous emportera

 

 

les feuilles de mon carnet jaunissent... j'ai de moins en moins besoin d'écrire... le vent tourne les pages devenues légères à force d'absence... et je me sens de plus en plus éphémère...

 

Je regarde les saisons capricieuses imposer leur rigueur aux fleurs et aux arbres... les mots imprévisibles s'attardent de ci de là dans ma tête sans encombre... chaque instant naît et meurt, libérant au fond de mon coeur toujours un peu plus d'espace à conquérir...

 

 

fin de journée

le pissenlit confie au vent

sa fécondité...

 

 

Il ne me reste que la peinture... tant d'oiseaux rangés dans mes cartons s'empilent à l'abri des regards...  parfaire mon geste occupe mon quotidien... me restera t-il assez de temps pour trouver l'équilibre de mon pinceau ? trouverai-je encore la force de remplir mon corps d'énergie, la volonté de vider mon esprit de l'inutile trop plein...

 

 

levant les yeux

sur le cèdre courbé

pour le soutenir encore un peu

 

 

 

qui de lui

ou de moi

tombera en premier

 

 

 

je m'absente de mon carnet

sans regrets

Anna. haiku-nomade.over-blog.com