après l'averse -

un p'tit coup dans l'aile

les coquelicots

 

mon chien

l'orage seul

le fait trembler

 

dormir sans elle -

la tête sur son oreiller

de plumes

 

 

maison déserte -

sauf le chien

personne sur qui crier

 

 

mes haikus

l'ami jardinier

me les coupe

 

 

l'avion vole bas

pendant que lentement

ma main te caresse

 

 

nuage anthracite -

des "pourvu que" dans la bouche

des pique-niqueurs

 

 

petit matin -

l'éponge prise

pour une tartine

 

 

matin d'orage -

le café étrangement

amer

 

 

rhume carabiné -

obligé de chercher l'air

par les yeux

 

 

nue

entre deux étoiles filantes

elle éternue

 

 

du maitre archer

la flèche

tombe dans l'herbe

 

 

Avec son laser

elle touche toutes

les étoiles

 

 

de bon matin

ça parle fort dans la. cuisine-

soleil voilé

 

 

sur quoi n'a-t-elle

pas encore uriné

la vieille chatte?

 

 

ciel changeant -

la plage se vide

de ses peaux nues

 

*

 

obèse

il peine à gagner

la mer

 

*

 

le dos appuyé

à la ganivelle

je mange un oeuf dur

 

 

champ voisin -

toutes les floraisons

s'y succèdent

 

 

Pousses de bambou -

l'enfant s'en fait

des doigts de sorcière

 

 

je l'entends qui monte

l'escalier

le café

 

 

avant d'éteindre

je souhaite bonne nuit

à une mouche

 

 

dans la mare parfois

un vilain petit haiku

se fait aimer

 

l'été n'est pas loin -

les portes ouvertes

même la nuit

 

 

gémissante

dès le matin

la vieille porte

 

 

cadeau de ma chatte

un papillon de nuit

déchiré

 

ivre

toute sa courte vie

le papillon

 

ce papillon-là

loin d'imaginer

combien je l'envie

 

 

le papillon de nuit

attend le lever du jour

pour s'éteindre

 

 

ce soir

l'air de se faire chier

la lune