06 novembre 2011

compte rendu (fin)

  La soirée s’achève par un bon repas communal et l’excellent concert d’ »A bout de souffle ». Un registre comique de chansons françaises chantées à trois et à capella. Avant de trouver le sommeil, mon esprit égraine les nombreuses manifestations d’amitié dont je fus l’heureux lauréat. En particulier celle de Minik Do, venu de très loin, en train puis en taxi, pour me serrer la pince.   Le lendemain sera plus serein. Après m’être essoufflé sur la finale France- Nouvelle Zélande à la télé, je prendrai le dernier... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2011

La remise du prix de poésie jeunesse a lieu dans la salle du conseil de la mairie, aux alentours des 16 heures. Une soixantaine de personnes y assiste. Pendant les discours officiels et les lectures particulières, un beau silence règne. L'émotion m'empêche de bien dire le poème que j'ai destiné à la femme du poète. Je serais plus à l'aise avec le second texte adressé à tous les habitants de Ballon. C'est la première fois qu'autant d'individus se bousculent à l'heure des dédicaces. J'en éprouve même une sorte de gène comme si le poète... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2011

dernier

"aimer la vie aimer la pluie" le dernier livre   Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2011

trois de maintenant

est-ce la pluie est-ce le vent il faut sortir pour le savoir   *   les trombes d'eau restent dans les cerveaux   *   avec l'enfant tourner comme sur une boite à musique   Phil
Posté par Philippe Quinta à 22:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 novembre 2011

séjour à ballon suite

Je dors dans la chambre du bas, celle des amis, des poètes et des gens de passage. Michèle m’ouvre le lit me faisant gentiment comprendre que j’appartiens en même temps aux trois catégories.   Samedi matin.   les têtes des arbres émergent de la brume – le beurre est salé   Michèle Sadeler est allé chercher quelques croissants à la boulangerie. J’ouvre les livres de son époux, y pioche quelques poèmes et entre deux gorgées de café apprend leurs petits secrets.   Les heures coulent lentement. Je suis seul... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 10:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]