Dans la ruelle de l'un et l'un

elle me suit

toute petite

 

Le haiku m'a rendu sensible aux noms et bien entendu à ceux qui demeurent singuliers pour ne pas dire insolites. Comme cette

étroite ruelle où il est impossible de se doubler.

Un peu plus tard, nous nous retrouvons à la bibliothèque. Le rayon poésie y est d'une exceptionnelle richesse. Les bénévoles qui gèrent le lieu sont très entreprenants. En regard du prix "Joel Sadeler"  les jours sont fous, le temps itou, ils ont créé une animation

consacrée au temps qui passe.

...à suivre...