vent de septembre –

dans le village demeure

la crainte de l’incendie

 

*

 

septembre –

passé tout le jour

à ranger le bois mort

 

*

derrière les haikus

le son sobre d’une guitare –

deux femmes

 

*

 

après deux arrosages

le citronnier reverdit -

fourmis sur la branche

 

*

chez vous nous dit-on

toutes les lumières

sont tristes

 

*

 

pour les faire taire

elle n’élève jamais la voix

la marionnette

 

*

 

passée avec moi

sous la moustiquaire

madame moustique

 

*

dans la poêle

bien roulée

l’omelette japonaise

 

*

 

Phil