20 août 2011

Collioure

      J’avais pour projet d’écrire un haibun sur une très belle soirée passée en mer sur le douze mètres de mon beau-frère avec 13 autres membres de la famille. Le projet était de rejoindre Collioure le soir de la Saint Vincent en partant du petit port de Cerbère. Quelques ennuis domestiques m’auront interdit d’écrire sur le motif. J’ai repêché une poignée de haikus. Suffira-t-elle à dire la magie de cette embarquée et la splendeur du feu d’artifice sur la petite baie de l’ancien port de pêche catalan ?   ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 09:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 août 2011

ORAGE

avant l'orage celui des histoires de famille   * avant l'orage - lourdes, les premières gouttes de pluie     * orage - l'écho du tonnerre répète son nom     * chiens et enfants sursautent au bruit du tonnerre   * orage - aux grondements des montagnes j'ai longtemps cru   * en terre aride on le bénit l'excès de pluie   * par la pluie toute déshabillée la rose   *   la pluie je la laisse pisser sur ma tristesse         Phil... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:37 - Commentaires [5] - Permalien [#]
13 août 2011

nits de canço

terrasse ombragée d'un automne à l'autre la grappe a tenu   * répétition  ils se regardent beaucoupe les musiciens   *   la guêpe tombée dans mon demi de bière la sauverai-je   *   ce menu chaos avant le concert c'est une musique   *   ah, le canigou  son versant sombre son versant clair   *   soleil couchant à la petite chapelle je n'ai pas fait mes adieux   *   l'ami musicien de loin, même sans lunettes je le reconnais   * ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 10:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 août 2011

trois du 12 août

son voisin pêchant à la main, les truites qu'il élevait en secret   * vingt ans dans les ronces aujourd'hui, dormant sous nos pieds la vieille Ford   *   bulles de savon - " celles-ci, crie-t-il, elles ne doivent pas s'échapper !"
Posté par Philippe Quinta à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 août 2011

haikus vernétois

sous le fil de la débroussailleuse c'est beaucoup d'insectes qui meurent   *   après celui de l'essence le parfum de l'herbe tondue   * sieste au hamac - bercé par le doux bruit de l'élagueuse   * le papillon comme chez lui sur le buddléia   * il ne l'entend pas celui pour qui aujourd'hui le glas sonne   * Phil  
Posté par Philippe Quinta à 22:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 août 2011

divers d'aout

traversée par des pleurs d'enfant l'épaisseur de ce temps d'orage   ¨*   pourquoi ce moustique cherche-t-il ABSSSSSSSOLUMENT à me piquer   *   krach boursier - de son test de grossesse quel résultat   * les bourses s'effondrent - la fête chez les voisins   *   sur mon poignet -connaitrai-je un jour la paix - cloque de moustique   * Phil  
Posté par Philippe Quinta à 21:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 août 2011

urgence

Un petit détour par le service des urgences de l'Hopital Lapeyronnie à Montpellier entre minuit et trois heures du matin. De quoi  plonger dans le tableau des misères urbaines. "Profond respect" comme dit mon fils pour ceux qui accueillent tous ces naufragés de la nuit. Un certain pathos dans les senryus suivants. Difficile de faire autrement.   à son réveil pieds et mains liées pas la langue   * urgences - les infirmières essuient des plaies et des insultes   * elle veut sortir avant qu'on ne... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2011

mourir

toujours la pensée que je pourrais mourir contre elle   Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2011

petit travers

Le petit travers est le nom d'une célèbre plage de Carnon. Plusieurs paillottes règlementaires s'y sont installées. J'aime, quand les plages bondées offrent une déprimante débauche de corps roussis, y prendre un verre ou un repas pendant que mes enfants, badigeonnés de crème, font trempette. Ainsi, ni sable, ni sel, ni soleil ne me touchent. Et si je me préserve de ces fléaux, je garde l'oeil ouvert aux histoires humaines.   mer d'huile - son souffle à peine perceptible   *   ce bleu presque blanc du ciel sur... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2011

soirée poésie

entre deux lectures le nez du poète à hauteur des figues   *   pas d’oreille le vieux poète pour d’autres voix   *   de temps en temps la fillette pêche un mot dans l’autre langue   * angélus du soir le poète alors s’interrompt   * 4 août déjà les jujubes sous le jujubier   *   jardin du presbytère au pied de la chaire des fleurs d’hibiscus   *   lectures – le vent aussi dit son poème   * cour fleurie - la sirène de l’ambulance nuit au... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 22:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]