08 mai 2011

trois de mai

soir de printemps - un camaieu de rouge pour nourriture * arrêtez de jouer dis-je à mes deux enfants * un rayon de soleil s'invite à table - dernier jour de vacances   Phil
Posté par Philippe Quinta à 18:41 - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 mai 2011

notes éparses 2

vivre sans rien attendre c'est être dans l'émerveillement... * Plus légère, l'ivresse au vin blanc. * Resté silencieux, presque sans bouger, une demoiselle sur mon épaule. * Deux araignées d'eau font autre chose que l'amour, autre chose que se battre...j'ignore quoi ! * Ma belle mère, pour dormir, a réduit le nombre de ses oreillers. * L'eau de source (pas en bouteille) m'émeut. * Beaucoup d'entre nous, à la naissance, échappe à d'odieux prénoms. * Je suis, apparemment cela suffit !   Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:18 - Commentaires [2] - Permalien [#]
05 mai 2011

notes éparses

Je m'étonne toujours de la rapidité avec laquelle la poussière se dépose. * L'art de se taire et de se terrer ! * L'âme hors la mort. (C'est ce qu'on espère ou expérimente) * A qui suis-je, je n'ai pas encore répondu ? Dois-je y répondre ? * N'ayant rien à perdre, j'ai tout à perdre ! (et inversément) * En cage, un rossignol, chante-t-il ? * Ma fille appelle la mort : je-vais -enfin- savoir ! * De l'indulgence pour tous, de l'exigence pour un. * J'aimerais me réveiller de mon rêve. * Devant la mer jamais... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 21:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 mai 2011

comptine arabe

l'ami solitaire - une tribu pour voisins   *   déçu de n'avoir pas d'amis rue de la grenade entr'ouverte   *   main dans la main les deux hommes sortent de la mosquée   *   orage lointain - le troisième thé à la menthe m'est offert   * venu du mur l'écho de la comptine arabe * Phil
Posté par Philippe Quinta à 08:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 mai 2011

solitude

solitude - de son blog elle supprime les commentaires   Phil
Posté par Philippe Quinta à 11:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 mai 2011

selection 2

La LUNE ET LE CYPRES FEVRIER 2008   * l'enfant veut savoir de quoi le jour sera fait quand il se couche * mésange affamée sous les gouttes froides queue ébouriffée * rhume des foins plus rien de ses succulents parfums de cuisine voiture garée il gagne les champs sur un monocycle   nuit de tempête sommeil hâché par les bourrasques       peu de temps après restituer la bière presque intacte   iris mauves au bord du fossé où le chien chie   crique par la vague le chien surpris ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 11:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 mai 2011

Lettre à G.B

Je me permets de reproduire ici ma réponse à la première lettre de G.B. un poète qui est devenu depuis un ami.   Cher G.Reçu tout à l'heure votre lettre. Que vous dire ? D'abord très touché car je vous connais de réputation et pour avoir approché certains de vos livres. Je dis approché car hélas je n'en ai aucun chez moi. Je crois que l'on s'est vu au dernier printemps de Durcet. Vous étiez à la même table si je ne l'invente pas que Jean Claude Touzeil pour un livre si je me souviens bien en commun.Je suis très attentif à ces... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mai 2011

plein ciel

plein ciel - autour du foyer éteint trois vieux fauteuils   Phil
Posté par Philippe Quinta à 08:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 mai 2011

médiévales fin

les commentaires simplistes de la glaneuse de simples * trois troubadours - leur chant coule dans la vallée   * quant au passé le paysage parle mieux que les pierres   * souvenir d'enfant - sur des murailles en ruine mon esprit brodait   * source pure heureuses trois truites y nagent   Phil
Posté par Philippe Quinta à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2011

médiévales suite

Aujourd'hui, c'est au château de Baux, dominant Saint-Jean de Buèges que le programme des Médiévales nous a conduit. Le seigneur des lieux nous invitait chez lui, nous présentant ses armes, ses gens de cour, les pièces de son château et ses ennuis quotidiens. Il faisait chaud. Le jardin de simples méditerranéens exhalait ses nombreux parfums. Les visiteurs étaient beaucoup moins nombreux que la veille. Le lieu n'aurait pas supporté l'abondance de personnes. La place forte dominait le village et la courte vallée de la Buège.... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 19:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]