31 mai 2011

fin mai

un oiseau vient boire dans la petite mare enfantine   *   dernier jour de mai – un mystère plane autour du concombre espagnol   *   nuit d’orage - le moustique abuse de son sommeil d’enfant   *   je la trouve triste la lumière des ampoules économiques   *   fin mai – les fleurs du grenadier explosent   *   extinction des feux – les enfants murmurent des devinettes   *   deux gendarmes faisant l'amour dans la boite loupe   Phil ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 21:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2011

urgences

mon dernier parti aux urgences avec des jouets   Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 mai 2011

dimanche 29 mai

Jardin d’été sur la mare,deux pies penchées   *   récupèrera-t-elle son doigt la patineuse du gala   *   piste embrumée - des enfants personne ne voit les maquillages   * sur la glace jonglant avec des torches sous les bravos
Posté par Philippe Quinta à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2011

Le jasmin en fleurs

ouvrant le frigo - un plein saladier de pétales de coquelicots *   qui peut le comprendre celui qui n'apprécie pas le jasmin en fleurs   * Phil  
Posté par Philippe Quinta à 21:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 mai 2011

passerelles 2011

D'un festival de chez nous (quatrième édition) quelques prises sur le vif...     art vida – le gitan du village dit qu’elle s’y connaît * musique latine – la toute petite fille en transe * six ans du « grand chêne », elle  chante toutes les strophes * présences – qui sait vraiment ce qu’elles sont * toute la garniture du pain libanais sur sa chemise * nuit blanche - les ados puis les oiseaux * il balaie le crottin devant sa caravane * le sol dur malgré ses rondeurs * trois marches à peine et l’on se sent hors du... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 22:12 - Commentaires [5] - Permalien [#]
18 mai 2011

bof bof bof

sans coquelicots que serait la vie ? soleil matinal   * (au bord de la route) tendant le pouce quelqu'un qui me ressemble   * mon père que reste-t-il de lui sept ans après   * Phil  
Posté par Philippe Quinta à 08:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 mai 2011

soir sans vent un cadavre de lézard au pied de mon lit   Phil
Posté par Philippe Quinta à 21:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2011

notes éparses (3)

Un jour l'art ira au bout de lui-même.   *   Quand le silence est là, sans souffle ni bruits, le chant de l'oiseau est un grand  bienfait.   *   J'aime la gravité de l'homme perdu.   *   Si je m'écoutais, je m'endormirais... définitivement.   *   Ce soir, la fraicheur arrive entre 21 h 15 et 21 h 17.   * Le sexe de la femme est imprévisible.   * Une femme de ménage peut déstabiliser le directeur du FMI.   Phil  
Posté par Philippe Quinta à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mai 2011

classe verte

Senryus d’une classe verte   Pour apprécier les senryus suivants, il faut avoir à l’image, une classe de 34 enfants de cinq ans dans un coin reculé des Cévennes. Ils sont là pour une semaine, répartis en sept chambres. Pour les nuitées, les garçons et les filles sont séparés. Le reste du temps, ils partagent quatre ateliers (instruments de musique verte, maquette, botanique et poésie verte) et des instants de découverte sensorielle. La veillée est après le repas du soir un autre temps fort. La vie sociale est réglée autour d’un... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 19:06 - Commentaires [5] - Permalien [#]
15 mai 2011

pluie

Pluie d'orage - ils mangent sous la tente à moitié montée   Phil
Posté par Philippe Quinta à 09:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]