12 octobre 2010

ce qu'on appelle

ce qu'on appelle un angedans la toile d'araignéePhil
Posté par Philippe Quinta à 17:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 octobre 2010

en deux

J'essaye ici de systématiser les doubles lignes...et je me rends compte que ma tendance à la phrase repliée transforme ici la saisie de l'instant en sentence. couette et soleilsa vie de chatte * on dirait qu'il jouitle feu                    d'être parti * les mouches s'accouplentavant de mourir J'aime bien jouer comme dans le second sur l'espace entre les mots...ces espaces qu'on trouve dans la poésie moderne, peut on les appliquer aux haikus? C'est... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2010

Merci qui ? Merci Py

Pour ceux qui seraient intéressés par le pourquoi de l'exergue à ce qui sera désormais mon nouveau travail, je les invite à lire les messages précédents et bien sûr le blog qui en est la source ( haicourtoujours de Daniel Py...travaux de traduction sur une oeuvre de George Swede).La règle des 17 syllabes et celle des trois lignes devraient être éliminées de la définition du haïku moderne en anglais (en français ?). D’ici à ce qu’elles le soient, les poètes vont s’efforcer inutilement de façonner une forme artificielle plutôt que de... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2010

puisque Py m'y invite

Puisque Py m'y invite, sur son blog haicourtoujours, je ferai ici quelques commentaires sur les thèses de Georges Swede (traduites par D. Py) .Je reproduis d'abord le dernier paragraphe servant de tremplin. Mais je vous invite à vous rendre au blog précité afin d'en lire tout le développement. 1ère règle : le haïku est un poème bref. Cette règle a trois corollaires : a) le haïku devrait comporter 17 syllabes. b) le haïku devrait être disposé sur trois lignes, de 5/7/5 syllabes de préférence. c) En le disant, il devrait... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 15:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2010

haibun festival (suite)

L'après midi est ensoleillé. Nous traversons la route et pénétrons dans le petit centre japonais où se déroulera un des trois kukai prévus. Le kukai, je m'adresse à ceux qui l'ignorent, est  une rencontre poétique autour du haiku. Les participants proposent leurs petits poèmes à l'appréciation de tous. On s'arrange pour que les tercets restent anonymes. L'origine de ceux qui, lors d'un vote, retiendront plusieurs voix, sera levée et l'on pourra alors demander à l'auteur de donner quelques commentaires sur son haiku.Il est, je... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 14:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]