Je me permets de copier un morceau de l'entretien entre le poète Claude Esteban  et                                  Laure Helms et Benoît Conort                                                                 

 

 Cet                             entretien a paru dans le numéro 71 de la revue Le                             Nouveau recueil, en juin 2004, aux éditions                             Champ vallon

Le blog de Jean Michel Maulpoix est le lieu d'où je le tire....

Les lecteurs de haiku, apprécieront je pense ce que dit le poète à la fin de sa vie...

                                 


Votre                                 dernier livre, Morceaux                                 de ciel, presque rien, plus encore que les précédents, évoque un monde du                                 peu, du presque rien, comme l’indique le                                 titre. Toute substance semble s’y dérober (« l’espace                                 est creux dès que ma main le touche », écrivez-vous),                                 comme si la lumière qui pourrait lui donner                                 corps venait à manquer dans ce ciel en                                 morceaux, où les dieux sont devenus si petits que les oiseaux les                                 picorent comme des graines... Comment la parole                                 poétique parvient-elle à se tenir au plus près                                 de ce qui n’existe plus qu’à peine, dans un                                 monde de si peu d’être ? S’agit-il toujours, comme vous l’écrivez                                 dans L’image                                 prise au mot de « Ne dire ni/ la                                 craie, le corps, le tangible », pour                                 « travailler en deçà, traquer le souffle »                                 dans lequel peut seul advenir « le mot                                 juste, le bleu/ pris dans le bleu » ?                                                                                                                                  

                                                                 

                               

Je                                 redoute, il est vrai, que la parole ne se                                 prononce trop vite, que les mots d’un poème,                                 par trop d’assurance, ne violentent le monde                                 qui m’entoure et ne le réduisent à quelque                                 formulation aussitôt reconnue comme sa vérité.                                 Car le monde, pour solide et substantiel qu’il                                 apparaisse, est fragile, sa permanence toujours                                 menacée, et vouloir s’en saisir avec la précision                                 implacable des signes tout comme avec la rudesse                                 d’une main, c’est déjà compromettre son équilibre,                                 déchirer l’étoffe de l’impondérable,                                 suspendre le balancement d’une branche et                                 l’intelligence qu’elle entretient avec                                 l’envol d’un oiseau. Il faudrait, mais                                 comment y parvenir, que le poème ne se pose                                 pas, qu’il imprime sur la page et pour l’œil                                 mental une manière de tracé fugitif et qu’il                                 s’efface. Je suis loin de pouvoir y prétendre,                                 et cette apesanteur que je convoque, voici que,                                 la nommant, je sais qu’elle m’échappe et                                 que l’intervalle se creuse toujours plus entre                                 l’être et le dire, et que je dois m’y résoudre.                                 Je rêve d’un poème qui prolongerait ce                                 regard longuement porté sur le spectacle le                                 plus simple – une fleur dans un vase, la                                 courbe d’une colline, l’éclat d’un                                 caillou. J’imagine une phrase qui ne ferait                                 qu’effleurer l’écorce du visible et qui                                 n’aurait de valeur que par cette rencontre                                 impalpable où la distance et les mots qui s’y                                 attardent viendrait s’abolir. Est-ce réclamer                                 de la poésie ce qui ne relève que du silence ?                                 Je continue d’écrire, comme si l’espoir ne                                 me quittait pas de rejoindre, après tant de                                 fatigues, ce lieu par-delà tout lieu.