21 décembre 2009

ana, ano, etc...

analphabête -les partitions anotéesde ma fille Phil
Posté par Philippe Quinta à 23:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 décembre 2009

facétieux

mes fessessur un crocodilefacticePhil
Posté par Philippe Quinta à 22:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 décembre 2009

De Monika

Solstice d'hiverle gâteau d'anniversaireindémoulable Je commente ce soir en rentrant...
Posté par Philippe Quinta à 18:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 décembre 2009

et encore

un tercet de Luc Bordes...glané sur son blog...faudrait peut-être que je leur demande à tous leur autorisation...mais alors ils n'auront pas la surprise... J'y réfléchis ! rencontrant le ciel au sommet de la tige l’escargot hardi Luc Bordes C'est un classique, me dis je, un japonais ! ET puis je découvre son auteur... Dans le célèbre film Microcosmos, c'est une plante grimpante qui fait la même expérience, qui lance sa sommité dans le ciel. L'escargot, si humble (du sens humus) si lent, si ventre à terre,... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2009

d'un autre ami

Voici d'un autre ami (ce n'est pour cela que je l'ai choisi) froid soudain - elle lit et relit un livre de confituresJean-Claude CésarComme Jean-Claude le dirait d'un autre haiku: voilà, rien de plus simple que ça ! Et pourtant, il en faut des années pour parvenir à cette simplicité là. J'aime ici ce soudain qui nous fait attendre de l'extra-ordinaire...et c'est une promesse de confiture qui vient. Au passage une audace dans les répétitions ( li, (re)lit et li(vre) on imagineun lit pas loin et l'on en aurait quatre ! et malgré... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 décembre 2009

Dans la catégorie haikus aimés

Dans la catégorie haikus aimés, celui-ci de l'ami Gilles ondée parisienne-     course avec elle     jusqu'au café ParadisGilles BruletPetite merveille... une saisie de l'instant, un élan (poétique) vers l'absolu...L'image est nette, à la fois fixe et en mouvement...réminiscence de la célèbre chanson de Brassens, un p'tit coin...sauf qu'ici le paradis a un toit plus large...j'aime les allitérations discrètes (Paris et Paradis) .C'est une trouvaille qui reste en mémoire. Bravo GillesCeux qui voudraient commenter... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]