Les maîtres japonais du haïku,qui saisissent au passage une lumière dans l'impermanence et qui donnent au plus frêle le plus de prix et de pouvoir, ne sont pas des mystiques;
on ne songerait pas à dire d'eux qu'ils "brûlent", ni même qu'ils gravissent des cimes.Ils me rappellent plutôt ces domestiques...qui en nettoyant l'argenterie ou les verres de leurs maitres, y voient soudain se refléter l'éclat pur d'un jardin.

Philippe Jacottet (ce peu de bruit )