De Daniel Py, je cite ces mots-là, qui me plaisent:

 

Réduis ton haïku
à son strict minimum vital

-

gomme ses détails
forcément superflus

-

Simplifie ton haïku
à ses plus gros traits

-

donne à ton haïku
sa plus simple expression

-

Que ton haïku
soit pauvre
au possible

-

Déserte ton haïku
(ton lecteur y logera)

-

Ton haïku
est une chambre d’amis ;
tu la ranges / tu l’arranges
avant qu’ils n’arrivent

°

d.(20/10/09)