J'ai fini par l'accompagner ma femme sur le chemin de Compostelle, que je prenais un peu
pour une longue promenade en Catholicie. Cinq jours de marche, entre Aubrac et Conques, histoire de goûter à ce que cheminer en silence voulait dire...J'avoue aujourd'hui ma surprise.
A marcher ainsi, il y a quelques bénéfices ...

Départ pour Santiago -
j'allège mon sac
et ma crainte

*

"plus j'avançais, plus le monde me devenait lointain. Ses villes, ses bruits, ses véhicules, tout cela me semblait comme dépassé, abandonné très loin, de plus en plus derrière dans le temps, l'espace, la mémoire, hors d'intérêt. Et plus s'estompait le souvenir du monde, plus aussi la paix envahissait l'âme."
Henri Le Saux

Chemin de Saint Jacques -
nos premiers pas
entre les bouses de vaches

*

" Vous êtes en relation d'amour avec votre environnement, parce que la nature autour de vous n'attend que votre gratitude."

Jean Klein

pélerinage -
elle s'arrête à chaque station
de mûres

*

Il ne souffle pas bien fort ce matin, le vent sur les Monts d'Aubrac, et pourtant, j'entends sa musique sous les bords de mon couvre-chef. Et cette musique, quand les pieds commencent à souffrir, est une aide considérable.

Monts d'Aubrac -
le vent siffle
sous mon chapeau

*

N. vient d'enlever ses chaussures de marche. Nous mangeons des salades "bio" près du torrent. La fatigue nous fait silencieux. Il n'y a personne sur la variante du chemin officiel. Et pourtant ...

repos-
des voix d'enfants courrent
dans le torrent

*

Puech de Serre -
quelques gouttes de pluie
sur nos visages rouges

Phil