17 octobre 2008

voleur d'oiseau

vivantle petit oiseau d'aquarelledomine le temps* La source ici est évidente, c'est l'oiseau d'Anna, la remiz penduline, grimpeuse acrobate, qui me le fait écrire ce "pseudo" haïku. Je n'ai pas réussi à exprimer l'émoi qui fut le mien en découvrant son dernier oiseau. J'espère seulement qu'Annane m'en voudra pas de l'avoir sans son autorisation sorti de son blog.Phil
Posté par Philippe Quinta à 22:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 octobre 2008

enfantillage

pour moi tout seulla marguerite et l'abeille -ses doigts pleins d'encre * Celui-ci n'est pas venu seul, comme j'ai tendance orgueilleusement à le dire. La marguerite était une fleur et l'abeille pour faire plus long une petite abeille. Un rien cucul, il faut le dire. J'avais placé premièrement ses doigts pleins d'encre, encore par soucis de plus en dire. Et pour finir j'ai tout renversé. C'est un peu osé de commencer un haïku par "pour moi tout seul" mais comme il s'agit d'une parole d'enfant, je le fais et... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 16:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 octobre 2008

fenêtre ouverte

fenêtre ouverte -je rends le sphynxau vent d'automne* Ces petits sphynx que d'aucuns prennent pour des colibris ont toute ma sympathie. Surtout quand c'est mon jeune fils qui me demande de rendre la liberté à l'un d'entre eux. Ce haïku n'a pas été transcrit  immédiatement après l'acte et pour cause, je devais me rendre à mes fourneaux. C'est un peu plus tardivement, en ouvrant la porte de mon blog, que je me demande s'il est un acte ou un constat digne ce matin d'être rapporté et retranscrit. C'est alors que le sphynx revient en... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 13:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]