03 septembre 2008

à propos des figues et du facteur

J'ai déjà ici évoqué le personnage de mon facteur. Je viens d'apprendre qu'on partageait le même amour pour le figuier de l'impasse. matin de septembre - le facteur aussi est friand de figues propos(très peu) haikuisés du facteur : en passant je freine devant le figuier - mon Dieu qu'elles sont bonnes ! * dommage ! des figues, il ne reste que les plus hautes Phil
Posté par Philippe Quinta à 16:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 septembre 2008

emprunté à

empruntées à la préface des transcriptions de P.Jaccottet, ces lignes magnifiques... le livre en question se nomme haiku chez fata morgana. La préface est de l'auteur lui-même. "...on ne prétend rien, on n'explique rien non plus. La conscience de n'être jamais qu'un voyageur vous lave les yeux. Il fallait cette conscience pour qu'apparussent enfin les liens presque invisibles jusque là qui unissent les choses et nous unissent à elles, sans que personne ne devienne pour autant prisonnier de rien." et puis cela aussi ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 21:22 - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 septembre 2008

pré-rentrée suivi de rentrée

Voici une petite série sur ce moment particulier de la pré-rentrée. pré-rentrée - la pendule de la classe fait du surplace * pré-rentrée - une dernière fois l'odeur de la classe vide * nouvelle année (scolaire) j'ai fait provision de craies blanches - * pré-rentrée - combien de temps restera-t-il vierge mon bureau * premier septembre - des cartons vides dans chaque classe * pré-rentrée - trente et un prénoms sans visages Phil et ensuite sur la rentrée rentrée scolaire - ses... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 20:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]