23 septembre 2008

vent du soir

sa planche à roulettes sous le bras il traverse la place en rollers * (pensée ) bien dit le haiku n'en est que plus beau * un bouchon claque - cinq canons de vin pétillant suivis de silence * venue pour Basho - elle accroche son vélo à un arbre * antigone café - ils mordent à belles dents dans un pan bagnat * vent du soir - heureux de ne plus avoir de vertiges Phil
Posté par Philippe Quinta à 23:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]