11 novembre 2007

UNe réflexion peut-être un peu longue dans ce paysage de textes courts, écrit par un auteur que j'aime et que je tiens pour majeur: Christian Bobin Les livres en bonne santé sont écrits dans le calme. Ils sortent de la conscience de l’écrivain comme le rêve sort d’un sommeil bienheureux. Ce sont des livres pour continuer, simplement continuer à dormir et à écrire en dormant. Les livres malades sont écrits pour interrompre, briser, quitter. Ils gardent en eux quelque chose de cet air abruti que l’on a au réveil. Ils sont écrits... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 21:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 novembre 2007

planqués

1,2,3,4,5... A cache-cache-vu leurs coeurs tambourinent Phil
Posté par Philippe Quinta à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2007

Sentence légère

Trouvé sur le site d'un amateur de haïkus cette petite merveille: Quel est le suprême bonheur ici-bas ? C’est d’écouter la chanson d’une petite fille qui s’éloigne après avoir demandé son chemin. Li Taï Po
Posté par Philippe Quinta à 20:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 novembre 2007

zen

Monte du petit bol en fonte noir une fumée blanche Phil Sur l'image on ne voit plus la fumée.
Posté par Philippe Quinta à 20:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 novembre 2007

suite du dimanche d'automne

Dimanche d'automne - Vain le combat de ma femme contre la poussière Dimanche d'automne - Dans la gamelle du chien le chat vient boire Dimanche d'automne - Entre deux haikus l'espace d'une promenade en famille Dimanche d'automne - Hanté par une musique qui n'en finit pas de finir Un thé vert pour remplacer le rouge habituel Dimanche d'automne - Dans un pot de choucroute vide elle a mis ses billes Ma soeur heureuse avec ses cinq kilos de moins - Dimanche d'automne Paupières... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 14:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 novembre 2007

Cinéma

Soirée ciné avec un ami. Un film japonais primé à Cannes. Lenteur et gravité. Non ce n'est pas le titre. C'est "la forêt de MOgari" Etymologiquement la forêt de la fin du deuil. Un sujet magnifique, très bien interprété. Je n'en dis pas plus long. Je me permets juste quelques senryus pour illustrer l'incident dont les spectateurs des six salles furent victimes. Cinéma - Avant d'entrer dans "la forêt" queue et cohue * Salle 6 A peine cent places Immense cercueil * Avant le film une intuition claustrophobe ... [Lire la suite]
Posté par Philippe Quinta à 12:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]