Quitter l'école et gagner dès le matin la garrigue en compagnie de vingt sept
enfants et
d'une dizaine d'adultes. Le soleil se lève bien avant le vent. Du plateau, on
devine à
l'horizon la flaque argentée de la mer. Nous abandonnons nos petits sacs à dos
au lieu dit
des parcelles: anciennes vignes que le chêne kermess grignote lentement. S'il
ne fait pas
froid, on supporte encore le manteau. Quatre animateurs proposent à mes élèves
quatre
façons d'apréhender le milieu...Les haikus suivants font tout ce qu'ils peuvent
pour relater
l'expérience...

Chemin de garrigue -
Dans la file on parle
de loups et de léopards

*

Coups de sécateurs
Eliminer les ronces
sur le sentier

*

Sous le pin d'Alep
Cadavres exquis
version "maternelle"

*

Garrigue -
Torse nu le VTTiste
croise nos manteaux

*

Hommes et FEMMES
souligne-t-il portaient les pierres
des murets

*

Par tous les temps
cheminent du mas à l'école
les deux frangins

*

Ici et là
des pieds de vignes
ensauvagés

*

L'enfant court
un bouquet de chardons
à la main

*

Ipiphigère -
Rien que son nom
leur fait peur

*

Capitelle -
Quand on leur demande ils disent :
la capitale !

*

Atelier plantes -
A Leïla, il passe son temps
à dire je t'aime

*

De cheval ou de chien
il prévient
ATTENTION LA CROTTE !

*

Elle voudrait offrir
toutes les fleurs de garrigue
à son maître

*

Surprise, elle crie
- c'est vrai, comme elle est jolie
la bruyère !

*

Avec la semelle
Sur le paysage en carton
coller le chardon

*

Jouant dans les hautes herbes
les garçons inventent
d'affreux serpents

*

Pas un seul dessin
où ne triomphe
le soleil

Phil